Séance du séminaire “Paroles, Paroles” – 10 décembre 2020

Le séminaire “Paroles Paroles” organisé par le CIPh reçoit Pascal Bouaziz pour une conversation mêlant écoutes, blind test, analyses à chaud et retour sur son propre travail.

Pascal Bouaziz est auteur, chanteur et musicien dans les groupes Mendelson et Bruit Noir ainsi que sous son propre nom.
Il a notamment exploré une forme rock de parlé-chanté.

Discutants : Chloé Thomas (Université d’Angers), Pierre Arnoux (CIPh)

Originellement organisée en partenariat avec la Médiathèque de Paris, cette séance sera déroulera sur Zoom, à cette adresse.


Présentation du séminaire “Paroles, Paroles”
Le texte, dans les musiques populaires, a souvent mauvaise presse. Il semble en effet que l’un, de la musique ou du texte, doive toujours l’emporter sur l’autre : l’apparente vacuité et le caractère répétitif des paroles dans les musiques pop sont souvent soulignés, quand l’expression « chanson à texte » semble conférer par avance un rôle secondaire à la musique, réduite à une fonction d’accompagnement. Cette première polarité se double immédiatement d’une seconde, qui vient la renforcer sans lui être exactement identique : celle du parlé (sans musique) et du chanté (sans texte), cas-limites d’un continuum sur lequel se distribue une multitude de formes. Par le premier, le texte trouverait l’intelligibilité maximale qu’il exige ; par le second, la voix se ferait romance sans paroles, comme si la musique ne pouvait se déployer pleinement qu’en l’absence de mots. Enfin, dans l’ère culturelle francophone, ces coordonnées semblent se transposer dans la question de la langue : l’anglais serait ainsi la langue native et naïve d’une pop sans complexe, quand le chant français signalerait immédiatement la tentation poétique et la primauté du sens sur le son.
Ces oppositions dessinent une cartographie naturellement sommaire, qu’il faudra interroger en prenant pour objet et point de départ les formes hybrides de la parole musicale, situées entre ses pôles et susceptibles en retour d’en éclairer les nuances inaperçues. Il faudra donc se pencher sur le parlé-chanté, le rap, le slam, le spoken word, le scat ; sur les chansons traduites ; sur ces formes musicales enfin qui peuvent faire penser qu’il n’est de poésie mieux dite que lorsqu’elle est chantée, et de musique plus puissante que lorsqu’elle parle – chacune trouvant au contact de l’autre les ressources de son plein déploiement.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search